Virus du Nil Occidental : Symptômes, Traitement et Prévention

Le virus du Nil occidental (VNO) peut causer des troubles neurologiques pouvant être mortels, bien que dans la grande majorité des cas, les personnes atteintes ne présenteront aucun symptôme.

Les moustiques infectés par le virus peuvent le ramener de quelques espèces d’oiseaux et le transmettre à l’homme suite à des piqûres, ces les oiseaux qui sont les hôtes naturels du virus mais ce dernier peut aussi infecter les chevaux et provoquer une mort dans plusieurs cas.

Le vaccin du virus du Nil occidental n’est toujours pas développé pour les hommes, mais il existe par contre un vaccin qui protège le cheval qui a un système immunitaire différent de chez l’être humain.

Cet article porte sur les modes de la transmission du virus entre les oiseaux et les hommes via les moustiques, et revient sur les mesures de prévention contre les infections causées par le virus du Nil occidental en Europe et en Amérique, tout comme ça revient sur les moyens de traitement de ces infections et les divers symptômes que ça peut causer à l’homme.

 

La répartition géographique du virus du Nil occidental

Le virus sévit de manière courante en Afrique, en Europe, en Amérique du Nord, en Moyen Orient et en Asie occidentale, là où il infecte quelques oiseaux mais aussi d’autres mammifères comme l’homme et le cheval suite à la transmission par des piqûres de moustiques.

 

Besoin d'une information ou d'un devis gratuit?
Vous souhaitez désinfecter votre maison, appartement, hotel, local... à Paris ou en Île-de-France. Contactez-nous au 01 43 08 15 17 OU via notre FORMULAIRE DE CONTACT.

 

Ce virus a été découvert en 1937 en Ouganda, puis en 1953 dans le delta du Nil. Un souche plus ravageuse à été découverte en 1997 en Israël suite à la mort de plusieurs oiseaux d’espèces différentes, avec des signe de paralysie et d’encéphalite.

Au cours de 50 dernières années, on a enregistré des infections humaines dans le monde entier par le virus du Nil occidental. Le cas le plus important était en 1999 à New York où plusieurs personnes ont dû trouver la mort, après que le virus fut transporté d’Israël et de Tunisie.

D’autre cas d’infections humaine majeures ont été enregistrés en Roumanie, en Grèce et en Russie, sur les chemins principaux de la migration des oiseaux qui ont été contaminés. Le virus s’est aussi propagé à partir des Etats-Unis pour toucher le Venezuela et le Canada où on a également enregistré des cas de décès.

 

La transmission du virus du Nil occidental

Ce virus à la particularité de résister au système digestif des moustiques qui se nourrissent sur le sang des oiseaux contaminés, et par la suite, peuvent transmettre le virus aux hommes après des piqûres quand celui-ci infecte les cellules salivaires des insectes piqueurs.

Le virus peut se multiplier dans le corp humain pour pouvoir provoquer une maladie aux niveau des neurones, il peut aussi se multiplier dans le corp de quelques autres mammifères et la transmission est possible suite au contact avec le sang de ces animaux.

Cette transmission est aussi possible de la femme à l’enfant après un allaitement au sein, comme c’est possible, bien que rarement, suite à des transplantation d’organes ou de transfusion sanguine.

 

Les symptômes que laisse le virus du Nil occidental

Un grand pourcentage des personnes atteintes par ce virus ne présentent pas de symptômes, mais une personne sur cinq pourrait avoir une fièvre du Nil occidental et évoluer en une maladie grave qui peut être mortelle.

Les premiers symptômes sont la fièvre, des céphalées, des nausées et des vomissement, des douleurs musculaires ou articulaires, une asthénie et dans quelques cas, des éruptions cutanées.

Si aucun traitement n’est pris contre la fièvre du nil occidental, la personne atteinte peut avoir une encéphalite ou une méningite du Nil occidental, une maladie neuro-invasive, et parfois une paralysie poliomyélitique, avec une forte fièvre, une raideur de la nuque, une désorientation, le coma dans quelques cas, des faiblesse musculaires, ainsi que des tremblements et des convulsions.

Un pourcentage d’environs 1% des cas pourront développer une forme grave de la maladie, et ça concerne les sujets d’âges différents, bien que les personnes les plus concernés sont les plus âgées et ceux souffrant d’une immunodépression.

 

Le diagnostic et le traitement

Il y a plusieurs méthodes pour le diagnostic de la maladie causée par le virus du Nil occidental, les professionnels de la santé peuvent prendre des échantillons sanguins des malades pour y ajouter des anticorps et voir la réaction. ainsi que des techniques de neutralisation et de détection virale.

Les traitement des personnes atteintes par une forme neuro-invasive de l’infection recevront des traitements symptomatiques, parce qu’il n’y a pas de médicament antiviral qui s’attaque directement au virus du Nil occidental.

Il n’existe pas, comme on l’a cité plus haut, et jusqu’à présent, un vaccin contre ce virus.

 

La prévention contre le virus

Le seul facteur pour réduire les risques de contamination au virus du Nil occidental, avec l’absence de vaccin, est la sensibilisation des populations quant aux risques et aux dangers que les moustiques peuvent présenter, surtout dans les zones concernées.

L’utilisation des moustiquaires et des produits répulsifs est primordiale, tout comme le fait de devoir éviter de sortir lors des moments où les moustiques sont actives, surtout en portant des shorts ou des demi-manches.

Aussi, lorsqu’on s’occupe des chevaux, il faut se méfier et utiliser des gants de protection pour éviter tout contact sanguin possible, ainsi que d’autres vêtements de protection surtout quand on fait des opérations d’abattage.

Ces mesures de prévention sont soutenus par l’organisation mondiale de la Santé (OMS), qui soutient les activités de surveillance du virus de Nil occidental, surtout en Europe et en Amérique, les zones les plus touchées.

Des programmes complets sont développés pour surveiller et étudier les moustiques dans ces zones indiqués plus haut, pour but d’identifier les types de moustiques vecteurs de la transmission du virus, ceux qui s’attaquent aux oiseaux et aux chevaux et ceux qui peuvent également s’attaquer à l’homme.

Le personnel travaillant dans les laboratoires doivent prendre plus de mesures de prévention, parce que dans plusieurs cas, il y a eu contamination suite à la manipulation du virus dans les laboratoires.

Besoin d'une information ou d'un devis gratuit?
Vous souhaitez désinfecter votre maison, appartement, hotel, local... à Paris ou en Île-de-France. Contactez-nous au 01 43 08 15 17 OU via notre FORMULAIRE DE CONTACT.