Les Rats, les Souris, et la Transmission de la Grippe Aviaire

Être en position d’exhibition ou d’exposition à la présence de rats, ou de souris, mulots ou autre type de rongeurs, signifie que l’on soit exposé aux risques d’attraper une maladie, les rongeurs sont connus, à juste titre, pour la possibilité de transmettre différentes maladies à l’homme, de gravités variantes selon les personnes et selon les virus et bactéries qui causent l’affection.

Parmi les maladies que les rats et les souris peuvent transmettre à l’homme, on peut citer les leptospiroses, la salmonellose, des intoxications alimentaires de gravités différentes, la peste bubonique et même la grippe aviaire qui affecte principalement les oiseaux sauvages comme la volaille domestique.

Il y a deux souches différentes du virus responsable de contamination et la propagation de la grippe aviaire, un premier faiblement pathogène qui ne laisse pas de signes et de symptômes visibles sur le champ, et un second hautement pathogène et mortel dans la majorité des cas.

C’est un fléau qui concerne non seulement les zones rurales, mais aussi les villes à cause de la présence des animaux pouvant porter le virus et causer la contamination à l’homme, comme les oiseaux sauvages principalement, mais des études ont démontré que les rongeurs de tout types peuvent aussi attraper le virus et le transmettre à l’homme.

 

La transmission du virus

La propagation du virus qui cause la grippe aviaire est possible par le partage du matériel entre les endroits infectées et les endroits non infectées.

Le manque de nettoyage des équipements et des véhicules facilite la propagation encore plus, et il faut aussi se méfier des déplacement des employés entre les places infectées et les places non infectées.

Il y certains virus seulement qui sont zoonotique et qui peuvent donc être transmis à l’homme, la plupart des virus qui causent la grippe aviaire ne touchent pas l’homme, mais ceux qui peuvent le toucher peuvent souvent être mortels.

Depuis 1997, plusieurs personnes ont trouvé la mort à cause de la circulation du virus en Asie Centrale et en Afrique du Nord, il s’agit du virus de la grippe aviaire du sous-type H5N1.

Les mammifères pouvant également être affectés par le virus, ou être porteurs de celui-ci (PDF) et constituant un relais de contamination, mise à part les hommes et les oiseaux, sont le vison, le furet, le port, le chat, le tigre, et les rats et les souris, qui sont les plus menaçants à cause de leur petite taille et leur facilité à se faufiler partout dans les lieux.

D’autres sous-types peuvent également toucher l’homme mais d’une façon rare comparativement au H5N1, comme le H7N7 et le H9N2 qui impacte l’homme en causant des symptômes de sévérité différentes, des personnes ont développé les symptômes d’une grippe normale, d’autres ont dû trouver la mort suite à la contamination.

 

Des moyens de prévention contre l’épidémie

La transmission est possible entre les rongeurs par les voies respiratoires, ce qui facilite la propagation, mais il y a une bonne nouvelle.

Les rongeurs qui peuvent attraper la maladie peuvent également la sentir, des études portant sur la transmission de la maladie entre les rongeurs, et la détection de celle-ci par les rats et les souris de laboratoire, ont démontré que les rongeurs peuvent reconnaître la volaille infectée et peuvent donc l’éviter.

Cette méthode peut être convertie pour que les chiens puisse sentir et alerter la présence du virus, et même pour que des machines puissent détecter les endroits où sévisserait la maladie.

D’autres mesures ont été prises par le gouvernement pour éviter la propagation de la maladie, tout un dispositif de sécurité pour affronter le développement potentiel d’une pandémie qui toucherait la France et les français.

On a réservé 200 millions de sac de protection pour la prévention, aussi, presque 14 millions de traitements, en plus de quelques milliers de doses de vaccin (qui serait inutile pour faire face à une nouvelle mutation du virus).

Le virus a fait plusieurs mutations depuis le H1N1 et jusqu’au H7N7, mais le premier sous-type reste présent dans la nature chez des rats musqués sibériens.

Les autres sous-types pouvant facilement se propager entre différents types de rongeurs, fait une énième raison de devoir penser à une dératisation rapide des lieux quand on est en position d’exposition aux rongeurs.

Besoin d'une information ou d'un devis gratuit ?
Vous avez une problématique de rats, souris, cafard, puce, punaise de lit ou autre nuisibles à Paris ou en Île-de-France. Contactez-nous au 01 43 08 15 17 OU via notre FORMULAIRE DE CONTACT.