Covid-19 : Vers une Immunité Grégaire?

Suite à la guérison d’un pourcentage d’individus après avoir être contaminés par une maladie contagieuse, ou bien suite à la vaccination d’un pourcentage important d’individus dans une communauté, on peut parler d’une immunité collective, dite immunité grégaire, qui protègerait la population d’une certaine maladie à une échelle générale.

Dès que ce pourcentage de personnes immunisées commence à s’élever, il commence à y avoir moins de risques pour une personne qui n’a pas été immunisée d’être contaminée par la maladie, surtout quand les lieux qui les abritent sont désinfectés contre le covid-19.

Les cellules du système immunitaire de l’homme ont une mémoire pour se rappeler des éléments pathogènes qui ont déjà été efficacement combattus auparavant, pour utiliser les mêmes techniques après une seconde introduction dans le corp par ces mêmes éléments pathogènes.

L’exemple le plus pertinent est celui de la grippe, une maladie qui revient chaque année durant les saisons les plus froides sous une nouvelle forme qui demande une nouvelle immunisation des individus. Un exemple qui nous rappelle le covid-19 qui s’attaque aux zones d’habitants, villes, régions et pays.

 

Quels pourcentages à atteindre ?

La variole, qui est une des maladies les plus contagieuses qu’on connaît, à pu voir le pourcentage atteindre les 85% après les vaccinations de masse au cours du siècle précédent, et atteindre ce seuil était nécessaire pour combattre la maladie.

Dans le cas du SARS-cov-2 covid-19, on parle d’un seuil qui doit obligatoirement dépasser les 60%, bien que d’autres avis de scientifiques plus pessimistes parlent d’un seuil de 70%, une petite différence de 10% qui serait énorme selon les scientifiques.

 

Une stratégie inquiétante

C’est une stratégie qui consiste à contenir la maladie le plus long possible pour que les personnes les plus fragiles restent à l’abri, et que les autres puisse atteindre le seuil immunitaire nécessaire pour stopper la contamination.

 

Besoin d'une information ou d'un devis gratuit?
Vous souhaitez désinfecter votre maison, appartement, hotel, local... à Paris ou en Île-de-France. Contactez-nous au 01 43 08 15 17 OU via notre FORMULAIRE DE CONTACT.

 

Les professionnels de la santé et les scientifiques qui comprennent l’immunité grégaire s’inquiètent par rapport à son efficacité parce qu’il serait difficile de laisser une bonne partie de la population attraper la maladie en espérant qu’il vont réussir à en guérir, comme le remarque un professeur de l’Ecole de l’Hygiène et de la Médecine Tropicale de Londres.

En plus, c’est une stratégie qui serait contradictoire aux exigences de l’Organisation Mondiale de la Santé qui précise qu’il faudrait suivre les personnes contaminés cas par cas et suivre le chemin de la propagation pour offrir un traitement aux personnes atteintes par le virus, comme le souligne le professeur Anthony Costello, ancien directeur à l’OMS.

Le professeur Costello ajoute aussi que c’est incertain comme stratégie, parce qu’on ne sait pas encore si le coronavirus reviendrait chaque année avec de nouvelles souches, demandant chaque année l’élaboration de nouveau vaccins et médicaments pour le contrer comme ce qui est le cas de la grippe normale.

 

La stratégie du retardement

Le pourcentage nécessaire pour atteindre le seuil que demanderait une immunité grégaire, comme on a cité en début d’article, dépend surtout de la contagiosité de la maladie en question et de combien de personnes peuvent être contaminés suite à la contamination d’une première personne.

Dans le cas du covid-19, on parle de légèrement plus de 3 personnes qui peuvent attraper la transmission de la part d’une seule personne contaminée avant que celle-ci ne puisse se rétablir. Le chiffre exacte est de 3.28 contaminations possibles, et ça peut changer et évoluer par la suite pour le meilleur ou pour le pire.

Cette stratégie de retardement a été mise en oeuvre dans plusieurs pays comme le Royaume Uni, combinée à des mesures de protection des personnes les plus fragiles, les plus âgées ou ayant des maladies chroniques, comme l’exemple du diabète.

Ce temps là serait nécessaire pour les recherches et études portants sur le développement de vaccins et de médicaments contre le SARS-Cov-2.

 

Les doutes de l’OMS concernant la stratégie

Le Royaume Uni devra prendre des “actions”, selon des représentants de l’Organisation Mondiale de la Santé, parce qu’il s’agit d’une nouvelle maladie et que les théories qui la concernent sont dans leurs début, et que l’on soit pas encore certain qu’on développerait une immunité grégaire sans vaccins.

Même des membres du gouvernement britannique se demandent pourquoi les rassemblements n’ont pas encore été interdits comme le conseil l’OMS, et suggèrent qu’il fallait suivre les instruction en même temps de la stratégie de retardement.

Le professeur Margareth Harris, porte parole de l’OMS, a parlé à la télévision des théories qui ne sont pas encore complètes à propos du virus, parce que chaque virus peut créer des réactions différentes et appropriés à la lutte contre lui par le système immunitaire de l’homme, et parce qu’il faudrait que l’on accumule des idées sur ce que ça fait en “termes immunologiques”.

Elle ajoute qu’aujourd’hui nous faisons face à une situation contre quoi il faut prendre des actions, et qu’à cause de cette maladie qui continue à “s’intensifier”, ces changements culturels et sociaux qu’on remarque et qui sont provoqués par la propagation du virus peuvent devoir rester permanents.

Besoin d'une information ou d'un devis gratuit?
Vous souhaitez désinfecter votre maison, appartement, hotel, local... à Paris ou en Île-de-France. Contactez-nous au 01 43 08 15 17 OU via notre FORMULAIRE DE CONTACT.