#BlackoutTuesday : Attention aux Effets Indésirables

Des milliers d’images noires postées sur les réseaux sociaux dans les dernières 24 heures, avec comme objectif d’apporter du soutien aux populations noires aux Etats-Unis et dénoncer les violences policières.

 

Mais attention, bien que ça ne soit pas intentionnel, poster des images noires avec un hashtag #BLM ou #BlackLivesMatter peut éclipser les messages véhiculés par les manifestants derrière un tas d’images qui ne sont pas postées pour renseigner les internautes par rapport à la situation aux Etats-Unis, ce qui cacherait des informations précieuses et des messages que la communauté noire voudrait dévoiler.

 

Plus d’ampleur pour le mouvement

 

L’initiative a été lancée par deux femmes issues de la communauté noire aux Etats-Unis qui travaillent dans l’industrie musicale, Jamila Thomas et Brianna Agyemang, la première est directrice à Atlantic Records et la deuxième est une ex-employée du même label.

 

Elles ont demandé à l’ensemble des travailleurs de l’industrie musicale de prendre une journée de silence le mardi 2 juin, comme réponse à la mort de George Floyd, Breonna Taylor, Ahmaud Arbery et “d’autres innombrable citoyens noirs” qui ont trouvé la mort dans les mains de la police.

 

En utilisant le hashtag #TheShowMustBePaused, qui renverse un fameu titre de Queen (The Show Must Go on), pour encourager l’industrie à prendre une journée de pause pour donner lieu à “une conversation honnête, réflective et productive” par rapport aux actions “qu’on devrait prendre collectivement pour apporter du support à la communauté noire”.

 

Du coup, plusieurs personnes se sont réveillées mardi sur des photos noires publiées dans les réseaux sociaux sans avoir d’explications ni d’informations sur le sujet, et pire encore, les informations véhiculées par les manifestant qui protestent toujours dans les rues se font cacher derrière les images noires postées par des milliers de personnes qui utilisent le même hashtag.

 

Une action pour donner une voix aux Afro-Américains

 

L’industrie musicale, selon les lanceurs du mouvement, a principalement profité de l’art produit par les Afro-Américains, une industrie de plusieurs milliards de dollars comme l’ont souligné Jamila Thomas et Brianna Agyemang dans une déclaration.

 

Plusieurs sociétés de distribution de disques, comme Spotify, Apple Music, YouTube et Amazon Music, ont déclaré leurs participation au Blackout suite à l’appel de Thomas et Agyemang.

Spotify ont même ajouté “un morceau de silence” de 8 minutes et 46 secondes, le temps qu’un policier s’est agenouillé sur le coup de George Floyd lui causant la mort, alors que d’autres labels et maisons de disques ont déclarés qu’il ne vont pas sortir de nouvelles musiques durant la semaine courante suivant l’appel de Jamila Thomas et Brianna Agyemang.

 

Les réactions dans les réseaux sociaux

 

Après que l’industrie de la musique ait déclaré son engagement dans cette “journée de réflexion”, d’autres personnes en dehors de l’industrie ont décidé d’en profiter pour “amplifier les voix noires” en participant avec des réponses diverses

 

En postant des images noires, notamment sur Instagram où presque 30 millions de postes mentionnant le hashtag ont été enregistrés, et sur Twitter où des célébrités ont dit leurs avis, des personnes ont écrit des messages de soutien à la communauté noire dans les légendes, quand d’autres ont simplement utilisé le hashtag #BlackoutTuesday.

 

Quelques activistes ont observés que l’utilisation des hashtags #BlackLivesMatter ou #BLM réduisait l’exposition des internautes aux informations concernant les manifestations, et plusieurs célébrités ont demandé aux gens, dans les réseaux sociaux, de retirer les hashtags pour faire la lumière sur les informations les plus importantes.

 

D’autres personnes ont trouvé que la journée de Blackout ne sert à rien et qu’il faudrait prendre des actions pour donner plus d’ampleur au mouvement Black Lives Matter qui a commencé lors du mandat du premier président américain issue de la population noire des Etats-Unis.

Besoin d'une information ou d'un devis gratuit ?
Vous avez une problématique de rats, souris, cafard, puce, punaise de lit ou autre nuisibles à Paris ou en Île-de-France. Contactez-nous au 01 43 08 15 17 OU via notre FORMULAIRE DE CONTACT.