Logo d'Euroclean
Appelez-nous 7J/7 au
01.43.08.15.17
Appel non surtaxé
Accueil Dératisation Désinsectisation Désinfection Qui sommes nous ? Plan du Site

Euroclean dans la Presse

Euroclean dans le Journal Le Parisien

Les rongeurs sont particulièrement preésents en cette période de l'année. Le journal Le Parisien a contacté différents acteurs de la dératisation pour comprendre la raison de ce phénomène et les solutions permettant de se débarrasser des rats et des souris. Euroclean fait une fois encore parti des experts consultés par Le Parisien.

L'article a été publié le Mercredi 12 Janvier 2011 dans l'édition papier du Journal Le Parisien.

Page 10 du Journal le Parisien du Mercredi 12 Janvier 2011.

Pourquoi les rats refont surface ?

ENVIRONNEMENT. Les rongeurs sont de plus en plus nombreux à Paris et en banlieue. Principale explication au phénomène : un hiver rigoureux.

Tant qu'ils galopent sous les tables en emportant un morceau de gruyère ou jouent les apprentis cuistots dans un dessin animé de Disney, ils font bien rire petits et grands. Mais quand les rats envahissent l'un des plus grands espaces verts des Hauts-de-Seine au point de le faire carrément fermer au public pendant une semaine, les autorités ne plaisantent plus et utilisent les grands moyens pour les éradiquer.
Depuis lundi, 700 pièges ont été installés au parc des Chanteraines, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), pour se débarrasser des rongeurs qui y ont proliféré. A la cité Buffon d'Orly (Val-de-Marne), les locataires dénoncent depuis plusieurs mois la présence sous leurs fenêtres de surmulots « gros comme des petits chats ». Ces derniers ont fini par mordre une jeune femme.

Personne n'est épargné, ni les hôtels de luxe ni les ministères

FRÉDÉRIC DEVANLAY, DE LA SOCIÉTÉ DE DÉRATISATION AVIPUR

De nombreuses sociétés de dératisation constatent depuis cinq ans une recrudescence de petits moustachus, rats et souris confondus, à Paris et en banlieue. On estime que six millions de muridés feraient du va-et-vient entre les égouts et la surface dans la capitale. Et la rigueur de l'hiver les incite à montrer plus souvent le bout de leur museau.

« Quand il fait très froid, les rongeurs recherchent la chaleur des appartements et les souris n'hésitent pas à monter dans les étages pour nicher au chaud dans les plafonds ou à l'intérieur des cloisons, détaille Marc Lagarde, responsable des dératisations à la société Euroclean. Nous intervenons tous les jours, y compris dans des quartiers huppés, chez des clients qui ont vu un rongeur traverser leur salon alors qu'ils regardaient la télévision. »
En plein déjeuner, il y a deux semaines, Thierry, un jeune chef d'entreprise parisien, a vu un rat traverser la salle d'un restaurant chic des Champs-Elysées : « La mine contrite, le serveur nous a offert le dessert en nous disant que ce rat était un habitué et venait de l'immeuble vétuste voisin. »
A l'unité de prévention des nuisances animales de la préfecture de police, on estime que la multiplication des chantiers de rénovation à Paris a pu chambouler les habitudes des rongeurs et les inciter à regagner la surface pour nicher ailleurs. « En 2010, nous avons reçu 2 600 plaintes liées à la présence de rongeurs à Paris, contre 2 400 en 2009 », détaille le chef du service, Jean-Michel Derrien.
« Depuis quatre ou cinq ans, les demandes de dératisation augmentent et personne n'est épargné, ni les hôtels de luxe ni les ministères, affirme Frédéric Devanlay, de la société Avipur. Il suffit à une souris d'un trou de 2 cm pour traverser un mur, et un seul couple de rats peut avoir cinq mille descendants en un

an ! » Au-delà des risques de transmission de maladies, les rongeurs provoquent par ailleurs des dégâts considérables une fois installés dans un immeuble. « L'un demes clients a l'impression que les rats sont en train de lui manger sa maison, confieMarcel, dératiseur à la société SOS Nuisibles. Ils font des trous entre la terre et lemur et vont se loger dans les doubles parois ou la laine de verre. »

Ainsi, 25 % des incendies d'origine inconnue seraient dus aux rongeurs qui provoquent des courts-circuits en grignotant les fils électriques.

De plus en plus difficiles à éradiquer

Que faire lorsqu'on se retrouve avec un rat chez soi ? « Pour s'en débarrasser, il faut essayer de boucher les trous dans les murs, ne pas laisser de nourriture apparente et installer des souricides », conseille Frédéric Devanlay, gérant de la société Avipur. Si ces animaux, très intelligents, ont repéré vos pièges, contactez une société de dératisation qui interviendra pour environ 130 €. Seul point noir : « Trente pour cent des rongeurs sont résistants aux raticides classiques », explique le toxicologue Philippe Berny, de l'école vétérinaire de Lyon. « Avant de mourir empoisonnée, la maman a le temps de donner naissance à des souriceaux qui développent des résistances au raticide, explique Marc Lagarde, responsable de la dératisation chez Euroclean. Comme la génération suivante est plus résistante, nous utilisons différentes molécules et changeons de produits tous les trois mois ! » C'est paradoxalement le Grenelle de l'environnement qui favorise cette résistance. Une nouvelle directive encadre les substances servant à éradiquer les rats. « Nous utilisions auparavant des produits de désinsectisation pour les blattes qui avaient un effet répulsif sur les rongeurs, explique Frédéric Devanlay. Mais ils ont été interdits et il est difficile de trouver de nouvelles matières actives efficaces sur les rongeurs. »

«Le rongeur était près de mon oreiller et me regardait»

MARION 34 ans, vit à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine)

Le petit cri strident d'une souris qui vous réveille en pleine nuit, le pas lourd de rats « gros comme la main » qui se promènent dans les faux plafonds ou derrière le bac de douche, les sachets de pain de mie éventrés et les draps de lit couverts de crottes... Marion vient de vivre un an d'une cohabitation infernale avec les rats et les souris qui infestaient son vieil immeuble de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).
Propriétaire d'un appartement pourtant cosy dans le centre-ville, la jeune femme, âgée de 34 ans, a eu toutes les peines du monde à se débarrasser des intrus. « J'ai eu beau mettre du poison pour les tuer, ils revenaient sans cesse, confie cette coquette blonde, très à cheval sur l'hygiène. Ils m'ont grignoté les fils électriques, fait des trous dans les murs, la cuisine et la chambre. »

Locaux entièrement dératisés

L'installation de pièges collants lui a tout de même permis de se débarrasser de cinq ou six souris, mais certaines sont « mortes derrière les murs »,

couvrant l'appartement d'une odeur nauséabonde pendant plusieurs semaines. « Comme je les entendais régulièrement gratter, je ne me sentais jamais tranquille et j'étais traumatisée à l'idée qu'elles me grimpent dessus pendant mon sommeil,confie-t-elle. Une nuit, j'ai été réveillée par un rongeur qui était près de mon oreiller et qui me regardait. J'ai hurlé, et il s'est sauvé entre la plinthe et le mur ! » Marion a récemment ramassé sa dernière souris morte et n'en a plus recroisé depuis que la boulangerie qui jouxte son deux-pièces a fermé. Les locaux ont été entièrement dératisés et une boutique de vêtements, flambant neuve, a ouvert. Guettant aujourd'hui la moindre trace d'un retour, la jeune assistante de direction croise les doigts pour qu'ils ne repointent plus jamais leur museau chez elle. « J'adore mon chez-moi, mais pas question de le transformer en Arche de Noé,confie la trentenaire. Si les rats reviennent, je partirai. »

RUEIL-MALMAISON (HAUTS-DE-SEINE), HIER. Marion vit dans un appartement régulièrement visité par des rats et des souris (ci-dessus le dernier cadavre retrouvé).

Retourner à “Euroclean dans les Medias”

Euroclean sur Internet | Euroclean à la Télévision | Euroclean dans la Presse

Euroclean
Agence IDF
Zone Industrielle des Chanoux
97 rue des Frères Lumière
93330 Neuilly-sur-Marne
Agence Paris
132 rue du Chemin Vert
75011 Paris
Tél. : 01.43.08.15.17 - Fax : 01.43.08.85.71